BLOG‎ > ‎

Le stress, l’anxiété, le Burn-out en 6 questions

publié le 18 janv. 2018 à 01:18 par Geneviève Depresseux   [ mis à jour : 4 mars 2018 à 06:17 ]

burn-out

L’exigence grandissante d’un monde brutal et la pression toujours plus insidieuse du monde des affaires augmentent les phénomènes de souffrance au travail qui, se soldent par un burn-out. Focus sur ce phénomène moderne.

1) Existe-t-il un profil particulier de la personne en burn-out ?

De façon générale, les perles de l’entreprise sont les premières touchées : les personnes motivées, engagées, indépendantes, rigoureuses, combatives. Bien souvent elles n’ont pas appris à s’écouter mais s’entêtent à redoubler d’efforts quand quelque chose ne va pas. Elles cherchent à satisfaire en permanence un besoin de reconnaissance et sont victimes des croyances dures qui les poussent à être parfaites.

2) Quels sont les facteurs du burn-out ? 

Les causes sont majoritairement extérieures et environnementales : le manque de temps et de moyens, les ordres contradictoires, les conflits de valeurs, le management défaillant… D’autre part, nous pouvons ajouter les mutations de la relation aux autres et la déshumanisation liée aux nouvelles technologies.

3) Qu’est-ce qui se joue réellement dans le burn-out 

Les principales manifestations cliniques en cas de burnout sont physiques, émotionnelles, cognitives et comportementales. Au moment de la crise, il y a un aveu général d’impuissance qui se traduit par une injonction à tout mettre hors circuit pour éviter le pire.

4) Quels sont les symptômes du burn-out 

Les signes avant-coureurs ne sont souvent pas remarqués par le travailleur pendant un long moment. Son entourage le remarquera plus rapidement : sauts d’humeurs, abattements, larmes, retrait, etc. Quand il prendra conscience de certains troubles, il constatera : troubles du sommeil, douleurs, pertes de mémoire, fatigue extrême, perte d’efficacité. S’il s’y prend suffisamment tôt, il évitera de répondre à ces dérèglements par un surinvestissement qui ne ferait qu’aggraver l’épuisement général.

5) Quels sont les moyens de prévenir le burn-out ? 

Entreprendre un travail sur soi et accepter de ne pas être parfait, fort, rapide, gentil…, apprendre à exprimer ses besoins, poser ses limites, détecter les vertus de l’échec, développer la gratitude et la bienveillance avec soi-même.

Trouver et appliquer de nouveaux comportements alimentaires, d’hygiène de vie, de liens sociaux ressourçant. Nombreux sont les intervenants qui peuvent aider à ce niveau : médecin, coach, sophrologue, diététicien, psychologue… Les agents externes déclencheurs liés à l’organisation pourront être abordés avec la médecine du travail.

6) Que faire en cas de burn-out ?

Le burn-out évolue par phases et passe par des signaux d’alarme qui risquent d’évoluer si une attention ne leur est pas portée. Pouvoir demander de l’aide est primordial. Vous n’êtes pas seul. Les différents intervenants qui accompagnent la personne en burnout seront tout d’abord amenés à s’assurer qu’un diagnostic différentiel a été posé. Les accompagnements seront effectués par des professionnels experts en la matière et ajustés selon la phase de burnout et respectueux du repos exigé. Le repos imposé est difficile à accepter et peut engendrer de la culpabilité et de l’anxiété.

Travailler en trois étapes de durées variables : dans la phase de crise, travailler sur la compréhension et l’acceptation, ensuite identifier les problèmes et les solutions et finalement appliquer ces solutions pour la reprise des activités.

Rédigé par Geneviève Depresseux, coach santé chez doctoranytime : https://www.doctoranytime.be/d/coach-sante/genevieve-depresseux

Coachsanté

Comments